Les effets indésirables du RGPD : baisse de trafic de site web

Vous êtes responsable de la stratégie digitale de votre société et vous avez perdu de 20 à 50% du trafic de votre site web depuis la mise en conformité de la dernière règle RGPD ? 

Comment remédier à la baisse du nombre de visiteurs de son trafic en minimisant l’impact de la mise en conformité RGPD mesurée sur Google Analytics ? 

Qu’est-ce que le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) ? 

C’est un règlement de l’Union Européenne adopté le 27 avril 2016 et applicable par les 27 Etats membres de l’Union Européennes à compter du 25 mai 2018. Ce règlement renforce la protection des données personnelles des internautes. 

Quelle est cette dernière règle RGPD du 1er avril 2021 ? 

Il y a eu un premier durcissement des règles en octobre 2020, puis un deuxième en date du 1er avril 2021. Cette modification est problématique pour les utilisateurs et les responsables de société : 

Contrairement à la bannière RGPD de mai 2018, l’enclenchement du tracking de Google Analytics ne se fait plus par défaut au début de la visite depuis avril 2021. Il s’enclenche dès la validation de type « opt-in » de l’internaute : il doit accepter les cookies via le nouveau bandeau RGPD mis en place par la règle du 1er avril 2021. Depuis cette nouvelle règle, la possibilité de refuser le consentement est obligatoire sur la bannière. La conséquence est immédiate : une baisse significative du trafic. Il est important de savoir que le recueil des consentements des cookies d’audience a une durée de vie de 13 mois et une durée de conservation des informations collectées pour 25 mois maximum. 

Le KPI « nombre de visites » doit-il être abandonné dans les tableaux de bord ? 

La solution pour avoir de nouveau la donnée exacte de ce KPI est d’héberger directement une solution de statistique sur son propre serveur, sous réserve d’anonymiser les données collectées. Le plus connu est Matomo (anciennement Piwik). Il est bien moins abouti que son célèbre concurrent. Mais, en croisant les données des deux outils, il serait enfin de nouveau possible de mesurer précisément le nombre de visiteurs et ainsi d’en déduire le taux de conversion. 

Comment inciter l’internaute à cliquer sur mon bandeau RGPD d’acceptation de cookies ?  

Quelques astuces d’expérience Utilisateur (UX) sont à prendre en compte : 

  • Optez pour un bandeau pop-up qui se superpose sur le contenu plutôt qu’un bandeau en entête ou en pied de page qui ne présente aucun obstacle à la lisibilité de l’article. 
  • Sous le bandeau pop-up, foncez le background à 50% pour mettre la pop-up plus en avant. 
  • Le bouton qui se trouvera le plus à droite doit être celui sur lequel nous voulons que les internautes cliquent, en l’occurrence “J’accepte”.
  • Mettre ce bouton d’acceptation dans un style différent pour le mettre en avant. 

Comment Google va améliorer Google Analytics et Google Chrome pour être en conformité ? 

Actuellement Google Analytics Universal suit les adresses IP des visiteurs et partage les données personnelles à des fins publicitaires. La sortie de Google Analytics le 4 octobre 2020 a permis d’anonymiser les adresses IP mais cela ne suffit pas pour être totalement légal. 

Afin d’être totalement conforme au RGPD, Google travaille sur une nouvelle manière de collecter les données, un projet nommé “The Privacy Sandbox”. Il ne sera plus question d’analyser les données collectées de manière individuelle mais par groupes d’individus appelés « cohortes ». Cette alternative aux cookies tiers permettra de ne plus être identifié individuellement et palliera cette nouvelle réglementation. 

Le nom de code est FloC (Federated Learning of Cohorts), il sera probablement intégré en 2022 dans une nouvelle version de Chrome (près de 60 % des parts de marchés), ce qui annoncerait l’arrêt des cookies sur ce navigateur… 

Nicolas Dedieu

Les effets indésirables du RGPD : baisse de trafic de site web